Qu’est-ce que la blockchain ?

Tu te demandes ce qu’est la blockchain ? Alors tu es au bon endroit !

Avec des mots simples et des exemples, tu vas comprendre très rapidement et facilement ce que c’est.

Commençons par le début. La blockchain, ou chaine de blocks en français, est d’abord une base de données. Pour faire simple, c’est un gros fichier informatique où d’énormes quantités de données sont enregistrées.

De manière plus précise, si on devait le comparer à quelque-chose de matériel, ce serait un grand registre sous la forme d’un classeur. Ce registre là enregistre des transactions.

Quel est son contenu exactement ?

Si vous ouvrez ce registre, voilà à quoi il ressemble : il y a une première page avec une première ligne où le premier enregistrement de données. Ces données varient selon la blockchain mais dans notre exemple une transaction apparait : une personne A a transféré un montant (sous la forme d’un jeton) à une autre personne à telle date. C’est typiquement le type de contenu que l’on peut retrouver dans la blockchain Bitcoin.

La ligne suivante enregistre une autre transaction entre deux autres personnes à une autre date. Au fur et à mesure que les transactions se passent, elles sont copiées dans ce registre.

Dans certaines blockchains, les noms des personnes (particuliers ou entreprises) concernées par la transaction sont anonymisées par cryptographie. Nous n’allons pas entrer ici dans le détail, mais, pour simplifier, les identités sont remplacées par un code propre à chacun.

Il est écrit avec une encre ineffaçable

Ce registre a une première particularité, il est écrit dans une encre ineffaçable. En effet, une fois que la ligne est finie, il devient impossible de la modifier. On ne peut plus l’effacer ou la corriger. C’est fini. La ligne suivante peut être enregistrée librement, mais toutes les lignes avant elle ne peuvent plus être modifiées. Et dès que cette dernière ligne aura été remplie, elle ne pourra plus être modifiée.

De la sorte, tout ce qui a été écrit l’est pour toujours. C’est une mémoire infalsifiable de toutes les transactions qui y sont notées. On dit que la blockchain est inaltérable.

L’ordre des pages ne peut être changé

Lorsqu’une page du registre est remplie, elle va être verrouillée et identifiée par un code. On appel ce code un « hash« .

En haut de la page suivante, nous allons noter le code de la page précédente. Il est ainsi impossible de changer l’ordre des pages puisque le début de chaque page donne le code unique de la page précédente.

Lorsqu’une page est remplie, on appel cela un block. Les pages mises bout à bout s’appellent la chaine de blocks, autrement dit, la blockchain.

Il en existe plusieurs copies exactes

Ce registre a une deuxième particularité, magique. Il existe en réalité plusieurs registres identiques à différents endroits détenus par des personnes distinctes. Au début de la blockchain, ils sont tous vierges. Mais à chaque fois que quelqu’un, n’importe qui , complète une ligne (personne A cède à personne B pour un montant à une date donnée), elle apparait instantanément sur les registres des autres personnes. De cette manière, tout le monde a le même registre et tout le monde a accès à toutes les informations contenues dans ce registre.

Le fait que tout le monde accède au contenu du registre est appelé « transparence« . Le registre est public. Les propriétaires ont accès au contenu.

J’apporte ici une petite nuance, dans le cas des blockchains publiques, n’importe qui peut consulter ces registres. Dans le cas de blockchains privées, seuls les membres autorisés peuvent accéder au registre. Par exemple, une compagnie d’assurance peut vouloir gérer ses contrats via une blockchain. Dans ce cas, elle sera privée. Elle n’a pas forcément envie que tout le monde accède à son contenu.

On dit que la blockchain est décentralisée. Il n’y a pas un seul registre appartenant à une personne mais des milliers de registres identités détenus par des milliers de propriétaires.

Un document sécurisé

Pour écrire dans ce registre, les propriétaires doivent respecter un protocole très réglementé (programme informatique définissant les règles de fonctionnement). On ne peut pas se lever un matin et écrire, par exemple, la date au format jj/mm/aaaa et la ligne suivante l’écrire sous la forme aaaa-mm-jj. Dans le cas de la blockchain Bitcoin, le protocole définit les règles d’ajout des blocks, l’émission des jetons et l’interaction des utilisateurs.

Il y a un donc un ensemble de règles a respecter qui garantissent la sécurité et le bon fonctionnement de la blockchain. C’est un élément essentiel car la confiance a besoin de sécurité. Et sans confiance, l’outil n’est pas utilisé.

Définition

Maintenant que vous avez compris les grands principes de la blockchain, en voici une définition, ci-dessous, plus formelle, que vous allez comprendre immédiatement.

Dans son rapport publié en décembre 2018, la mission d’information commune de l’Assemblée nationale sur les usages des chaînes de blocs et autres technologies de certification de registre donne la définition suivante de la blockchain :

Une blockchain est un registre, une grande base de données qui a la particularité d’être partagée simultanément avec tous ses utilisateurs, tous également détenteurs de ce registre, et qui ont également tous la capacité d’y inscrire des données, selon des règles spécifiques fixées par un protocole informatique très bien sécurisé grâce à la cryptographie.

Rapport assemblée nationale

Autrement dit, la Blockchain est une base de données sécurisée, transparente et infalsifiable, qui permet les transactions de manière décentralisée.

4 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.